Projets écoles

Le plan pluriannuel des écoles 2018-2028 prévoit la restructuration complète des trois groupes scolaires : César Terrier, Villard Benoît, Villard Noir.

Premier groupe scolaire à entamer sa restructuration, le groupe élémentaire César Terrier commence par être réuni dans le bâtiment, dit César Terrier 2, rue des Écoles. Isolation, agrandissement, restructuration, équipements informatiques, etc. tous ces travaux seront effectués pour offrir aux usagers le confort nécessaire à ce lieu de travail et d’apprentissage. 4 salles de classe seront créées à l’étage. L’établissement sera complètement réhabilité et accueillera en septembre 2019, l’ensemble des classes élémentaires du groupe marquant la fermeture de l’école située rue des Alpes. Une bibliothèque centre documentaire, une salle d’arts plastiques, une salle de réunion/salle des maîtres sont intégrées au projet ainsi que l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. Un préau sera créé.

Projet école : les travaux sur la bonne voix

Entre 2018 et 2028, les trois groupes scolaires seront entièrement rénovés. Projet d’envergure, la ville n’a pas tardé à lancer la première phase, avec l’école élémentaire césar terrier. Si les travaux sont prévus pour le printemps 2018, une phase de concertation a bien eu lieu avec tous les acteurs.

Vue du projet de la nouvelle école élémentaire César Terrier, rue des Écoles.

Calendrier :

  • Printemps 2018 :
    début des travaux sur le site en fonctionnement.
  • Septembre 2019 :
    transfert définitif de César Terrier 1 vers César Terrier 2.

Prises de parole :

Fabienne Ferley, la Fabrique architectes et Marie-Laure Zuanon-Ecarnot, Oz le design :

  • « La concertation est la condition d’un projet efficace et réussi »
  • La co-construction de ce projet est essentielle. Notre savoir-faire est la conception spatiale et fonctionnelle. Le nourrir des échanges avec les usagers est le gage d’un projet réussi ! Notre rôle est donc celui-ci : traduire spatialement les besoins des enseignants et des enfants. Cette démarche est aussi plus efficace, nous rectifions et validons les choix directement. Par exemple, une circulation intérieure nous semblait plus appropriée mais les enseignants nous ont indiqué leur volonté d’une circulation extérieure pour éviter le bruit et faciliter l’entrée et la sortie. Sur une problématique réglementaire comme l’accessibilité, nous ne voulions pas d’une réponse standardisée mais englober d’autres enjeux : l’idée d’un grand quai d’accès avec des gradins a donc émergé. D’autre part, une partie du chantier s’effectuera alors que l’école fonctionne. La solution de classes préfabriquées a été retenue. Même si toutes les précautions seront prises, il y aura des perturbations. Or il est plus facile d’accepter cette gêne quand on sait que la restructuration en cours améliorera votre lieu de travail ou d’apprentissage… pour des années..

Les enfants, atelier animé par Fabienne Ferley et Marie-Laure Zuanon-Ecarnot

  • « L’esprit graphique du projet trouvera racine dans la parole des enfants »
  • Comment se sentent les enfants dans leur école ? Qu’aiment-ils ? Que n’aiment-ils pas ? Où vont-ils ? sont les questions qui leur ont été posées. À l’aide de gommettes, ils identifiaient sur un plan les endroits appréciés ou non. Avec les plus petits, des dessins ont été demandés. L’intérêt ? « Les enfants ont porté notre regard sur des lieux qui n’avaient pas spécifiquement attiré notre attention : le bruit des espaces communs, la cour comme lieu essentiel de la vie et la socialisation et dans laquelle il n’y a pas d’arbre, la jolie vue des salles de classe au premier étage… Voir l’école à hauteur d’enfant nous permet de recentrer le projet sur l’importance du confort au quotidien, sur des détails qui changent tout un ressenti. Cet atelier va nous aider aussi à trouver l’esprit graphique de l’aménagement intérieur. »

Pierre-Olivier Buisson, enseignant de CM1, César Terrier 1

  • « Un comité de pilotage a été constitué »
  • À l’annonce du projet de restructuration des écoles, le 14 septembre, je n’étais pas convaincu. Déjà, je découvrais l’intention. Ensuite, je ne voyais que des inconvénients à nous rassembler au sein d’une même école (le bruit, l’absence de souplesse de fonctionnement). Pourtant je reconnaissais volontiers la vétusté du bâtiment, l’obsolescence des moyens à disposition. Comme on nous l’a annoncé : la concertation est finalement bien au rendez-vous. Un comité de pilotage, dont je fais partie avec le directeur de l’école, s’est constitué. Après la présentation d’une première esquisse du projet, nous avons échangé sur nos besoins : des classes fonctionnelles, une gestion du bruit, une circulation fluide, l’installation d’un préau, une gestion de la lumière dans certaines classes, la création d’une salle de réunion/salle des maîtres… Aujourd’hui, je suis plus enthousiaste sur le projet et sur la façon dont il se déroule. Je suis confiant : nous allons bénéficier d’une école moderne tant dans la structure que dans les aménagements.

Sandrine Simonato, adjointe au Maire en charge de la petite enfance, de la vie scolaire et de la jeunesse

  • « Le projet de toute une Ville »
  • La concertation est essentielle. Mais ce n’est pas une concertation de débat, c’est une concertation d’objectifs. Ce que nous souhaitons : la meilleure école possible pour tous les acteurs… et les générations futures. Ce projet est structurant, il n’est pas celui d’un mandat, il est celui de toute une Ville. Nous avons par ailleurs choisi ces cabinets d’architectes, parce qu’ils étaient les seuls à proposer une consultation des enfants. C’est très rare de les intégrer et pourtant d’une telle évidence. Ce lieu d’apprentissage, c’est leur quotidien. Plus qu’une adhésion au projet, c’est un sentiment de fierté qui doit naître d’avoir contribué à construire une école moderne. Moderne dans sa structure mais également dans ses aménagements technologiques : outre la mise à jour de l’informatique, notre ambition est de construire une école connectée.

Plan du site

QUOTIDIEN
FAMILLES
SORTIR
MUNICIPALITÉ
AUTRES
En un clic

En un clic